mardi 31 janvier 2017

Pierres ébranlées souches rabattues



Pierres ébranlées souches rabattues
j'ai donné l'arbre à mes os
dans mes vertèbres choquées pousse son nom
la mémoire ligneuse de son être obstiné
bien que tendre infiltre
les deux mains bègues que la scie a tenues ensemble
je les vois pendre
à la hache est entré le cri

où dois-je descendre à présent pour former
l'arbre l'entendre
à nouveau ventre ou cerveau
comme on entend un fleuve
prolonger tout l'être par un écrit
qui en suivrait les méandres

Aucun commentaire:

Publier un commentaire