samedi 6 août 2022

À fragmentation 541


 

Mais il n'y aura

Mais il n'y aura pas que ça.
Les anoures dépêchent un message.
La grenouille rieuse notamment -
la bien nommée - sans moquerie aucune
l'accompagne de sa dérision.

vendredi 5 août 2022

À fragmentation 540


 

Là le vert lucide

Là le vert lucide miroitait
à l'intérieur de ses margelles
- pour retenue provisoire -
avant de laisser flûter un filet doux
dans le fouillis de la végétation.
 
La douce-amère bouclait dans l'aulne
et c'est là devant la veulerie de sa tige
que je connus son nom de loque,
et crève-chien alors ? L'endroit pour
venir trouver (lorsqu'ils pouvaient encore vaguer)
 
une mort discrète et fraîche. Bonne.
Est-ce possible ?
Le corps lové avait pris seulement
sa place pour accomplir le moment donné
- le seul qui ait véritablement valeur d'instant - sa fin.

jeudi 4 août 2022

À fragmentation 539


 

Lui roule

Lui roule haillon ouvert,
il transporte ses ruches, quatre boîtes cubiques
colorées pour l'attrait.
S'il va vers les sapins
ou bien la morelle douce-amère ?

mercredi 3 août 2022

À fragmentation 538


 

Nattier souvenir

Nattier souvenir,
vague devant le stroboscope des peupleraies
- vertigineuses -
et l'épée virulente
du rumex crispus.
 
La cardère borne aussi
entre les villages
où plutôt détermine la rose trémière.
Des filles s'essayent à des bouquets
de ces terribles impossibilités.
 
La marjolaine ne cache rien,
surtout pas l'attente.
Qu'avez-vous fait tout ce temps ? disaient-ils
La palette. Panel de sentiments.
Amorcé la palette.

mardi 2 août 2022

À fragmentation 537


 

La chicorée

La chicorée, justement,
colore les accotements de l'enfance.
Mêlée de mauve et de millepertuis
sur fond d'éteules pâles,
elle enlumine l'impatience.

lundi 1 août 2022

À fragmentation 536


 

Tiens donc !

Tiens donc !
Une préfiguration.
Les jeux irréparables de l’enfance, la mémoire
les confine à l’innocence, mais
le sentiment de l’horreur, ou de l’insanie, est là déjà.
 
En conséquence la réponse est là aussi.
L’innocence en est une. La rouerie
une autre.
L’ingénuité qui confère une certaine liberté
donne le ton de l’amour, l’amour propre à l’enfance.

dimanche 31 juillet 2022

À fragmentation 535


 

Fillette qui aime, déjà,

Fillette qui aime, déjà, le bleu des chicorées
mêlées à la carotte sauvage et au
millepertuis sur les bermes desséchées,
tu me talonnes, tu me serres de près.
Ce n’est pas qu’une question de pieds nus dans le pré
 
non, sans doute tu me trouves trop timorée.
L'histoire de cet âne qui te regarde venir
tu en as mille exemples, et le souvenir des vertiges
encourus au jeu du cercle aussi.
Ce que tu fixes c’est une prédisposition.

samedi 30 juillet 2022

À fragmentation 534


 

Les peintures noires de la Quinta del Sordo

Les peintures noires de la Quinta del Sordo 
offrent la vision satirique et tragique d’un monde humain
terriblement noir - la défaite, la vraie défaite
c’est celle de l’inanité, à laquelle on ne peut mais,
et l’amère grimace des corps solitaires,
 
même liés dans la lumière jaune du combat,
de la conspiration ou de la communion - et Goya
tient presque tout son programme dans le soir tombant,
soir de vieux qui attendent leur heure, soir
de femmes implacables et de foules insanes.
 
Où voudrions-nous aller après tout ça ?
À la Quinta del Sordo résonne le glas assourdissant
de l’idéal. Tu en finis avec les arrangements - les accommodements
prescrits avec ton sujet, impeccablement centré dans un décor
inaltérable - le sujet festonne dans le soir de sa vie,
 
la lumière terreuse lui fait des scènes ou des
cernes et le sourire ébrieux. Toi pendant ce temps-là
tu trébuches et vacilles, ton couteau resplendit
un instant dans la lumière. 
Qu’est-ce que tu peux faire de cette éclaircie ?

vendredi 29 juillet 2022

À fragmentation 533


 

Et d’un pied sur l’autre

Et d’un pied sur l’autre
(sans même savoir sur lequel danser)
tu poursuis comme au champ miné l’opération,
avec circonspection, le couteau entre les dents,
aux tempes le calcul étroit et lentement, alors que perle la sueur.
 
Soledar, son nom d’été aride t’accompagne, et
provisoirement occupe l’étendue sèche du pré
où sans possibilité d’armistice
s’embusque le chardon aux ânes sous les commodités - nids d’oiseau
ou leurres - de la carotte sauvage,
 
va-nu-pieds dans le sentier stérile du lérot
entre les failles et au-dessus de chambres qui ne sont pas de sel,
et de galeries,
(et de galeries toujours plus longues)
tu les entends ces déflagrations.
 
Aucun de tes cercles, Goya,
n’a cerné quoi que ce soit, de tes ellipses
je n’ai vu que du feu, alors que, tu penses
c’était l’épreuve de la corde tenue
à l’intersection du bâton et du sol,
 
l’épreuve, pauvre idiote, de la carotte et du bâton,
mais sans coup porté et sans récompense.
(Maintenant j’entends les poings dressés dans le champ.
Le lérot s’est bien battu, toute la nuit,
veillée par la patience du chat.)

jeudi 28 juillet 2022

À fragmentation 532


 

Idiote,

Idiote, vaine idiote !
Héroïne d’un trop beau vouloir qui
ne se trompe pas de fin (ni d’illusions,
incertaine qu’elle est de ses fins, justement)
mais quand finira cette guerre ? entend-on
 
hein, quand ?
Toutes les armes auront parlé avant
qu’on ne s’aperçoive que c’était là
une forme d’amour fraternel et,
pour distraire les mains actives, fratricide.

mercredi 27 juillet 2022

À fragmentation 531


 

À ce jeu

À ce jeu tu es ton propre appât.
De la pointe de ta lame trancher la rosette de l’année
- clouée au sol comme un trophée
sur une porte de grange - oui mais,
c’est pieds et mains nus que tu démines ce pré.
 
Gloire déflagrée dans l’alcôve de l’herbe
- pas de mais, à la guerre comme à la guerre -
l’astre acaule attente à la plante du pied
et il arrive que tu sautes sur une mine.
L’âne d’un œil biais te reconnaît parmi les siens.

mardi 26 juillet 2022

À fragmentation 530


 

On ne peut pas se soustraire

On ne peut pas se soustraire
ni tempérer la rigueur de leur précision.
La trame de nos vies est étudiée de près,
au compte-fil exactement, du début à la fin,
le paysage incendié par leur extrême concentration.
 
Voilà ce que Goya nous lègue ! Vous êtes
au cœur incendiaire de la représentation.
Et le chardon aux ânes, me diras-tu ? Et bien
c’est le moment, puisque les Moires filent pour toi,
d’assumer l’ânerie de la chasse au chardon ! Va !

lundi 25 juillet 2022

À fragmentation 529


 

J’y pense

J’y pense, ce n’est pas par-dessus
des scènes champêtres que Goya peignit
ses peintures noires, dont celle-ci, Átropos, sur l’un des murs
de la Quinta del Sordo ? Les implacables trameuses
- mais dans quel but ? - d’un rehaut grossier bafouent l’églogue.
 
Leur difformité - monstres d’inexorabilité
et de zèle exalté - affloue, et
ce n’est pas un vague fleuve mais  
un torrent de lave  
qui déferle sur notre idylle.

samedi 23 juillet 2022

À fragmentation 528


 

À commencer par

À commencer par la carotte sauvage.
Des ombelles à gogo et la liesse de l’été débutant,
puis un frisson et une certaine appréhension
de la violence à la vue de la fleur centrale,
la tache prémonitrice
 
qui ne détourne pourtant de rien.
Petite je m’arrachais les mains sur la tige dure
comme la fille des contes à sa quenouille.
Moires qui m’aviez vu venir !
J’étais prête pour l’idiome naïf des amoureux.
 
(Fin prête) (et sans feinte).
Indices. Broutilles,
sang répandu sur l’herbe jaunie des bermes.
La carotte sauvage tu n’en feras pas un bouquet fatal
(pas un bouquet du tout).
 
Le chardon aux ânes.

vendredi 22 juillet 2022

À fragmentation 527


 

Et tu découvres ?

Et tu découvres ? Une respiration,
quand je suis parole dans le pré
encore hanté de ses erres
ses passages sous le grillage
les éboulis du mur enlierré.
 
Le ressaut des pierres,
franc sur la terre hâve de la haie
débroussaillée du printemps,
vaine encore, une tentative d’épines
seule l’illumine, avec un petit millepertuis.
 
Qui proteste ? C’est une sorte de regain
que tu décris là ! Où un essaim d’idiomatiques
épineux - problème : qui s’y frotte verra,
la piqûre risque d’envenimer le signe - ravive Goya,
son nom de plaie.
 
Alors mutismes,
manèges débrayés d’un lyrisme exacerbé
roue libre de l’oubli, bouillonnement des signes indiciels,
indécence - je suis désolée
c’est repartir en verte idiotie qu’il me faut.

jeudi 21 juillet 2022

À fragmentation 526


 

Noms disparus

Noms disparus, noms des disparus, noms
réduits, pour certains, à d’autres fins
(ou au renom). Vain noms,
mais aussi noms vibrants, mystérieux
refuges d’associations et de suggestions
 
prolifique gisement de vie possible - filon,
je te suis - ce mystère au cœur même
de l’effacement et du manque,
parole,
souffle mille fois justifié où tu apparais.
 
Qu’est-ce qui en rejaillit ? Goya
ou l’amour resurgit immanquablement
jusqu’à rafraîchir la couleur atmosphérique,
je me rappelle, je reviens à moi - sait-on comment
ce que je suis me rappelle -.

mercredi 20 juillet 2022

À fragmentation 525


 

Nous ne sommes pas si différents

Nous ne sommes pas si différents des vers.
Si ce n’est que c’est de l’air que nous humains, brassons en surface.
Respirons. Nos paroles tremblent comme feuillage,
tout un rameau se détache, c’est un théâtre de plein air où se rejoue
sans cesse la vie elle-même, pauvre de ces répétitions
 
riches de ces respirations et variations. Il n’est pas sûr que Goya
m’entende, que mes paroles résonnent jusque dans sa matière,
couchée au milieu du pré, mais peut-être que oui,
par l’entremise du millepertuis perforé
qui pousse entre les moellons brûlants.

mardi 19 juillet 2022

À fragmentation 524


 

Si discrètement

Si discrètement notre supporter, notre soutien
indéfectible, et sous-estimé.
(Le poids total des lombrics vivants sur terre est
vingt fois supérieur à celui des humains. Bon.)
Et toi tu te poses la question de savoir si ta parole est assez ?
 
Assez (non pas tassée)
bonne - juste (empreinte de justesse non de justice), bienveillante, vivifiante  -
c'est-à-dire par brassage, synthèse et dégradation
génératrice de matière et d’énergie. 
Oui.

lundi 18 juillet 2022

À fragmentation 523


 

Qu’est-ce que parler trop

Qu’est-ce que parler trop, ou trop peu ?
Quel usage faire de la mesure, prononçant on ne sait quelle parole,
formant telle phrase - laquelle de quelque façon agit plus vite que mon ombre
transformant aussitôt tout le paysage -,
dans quelles proportions restituer la prodigalité du monde ?
 
Comme le ver anécique sustentateur des sols,
qui poursuit lentement son activité métabolique - erratique métabolisme - avançant,
digérant l’entièreté du substrat sans se l’approprier ?
Le moins-du-monde - l’humble - c’est lui. Qui
ne connaît ni être ni dédain, qui par le fait est.

dimanche 17 juillet 2022

À fragmentation 522


 

Car je suis prête

Car je suis prête pour le jeu et le feu,
pour chevaucher le rêve éveillé - fatigue, non épuisement -
pour ourdir des trames intimes dans des paysages
faits de toi, logos, faits de Goya absente, de fleurs odorantes,
de rafales entendues sur des villes aux noms imprononçables,
 
- néanmoins déclarées, noms prononcés par missiles interjetés -,
pour
pourvoir - tâche harassante -
fournir à la profusion de ta nature perpétuelle
pourfendeuse des paix.

samedi 16 juillet 2022

À fragmentation 521


 

anémones sur le fil

anémones sur le fil du balancier intenable
centranthes exténuées, coquelourdes,
bouleaux précaires, tilleul, d’un vert analogue. Un sphinx tête de mort
apparaît soudain hors de la cheminée, ivre de miel,
aux exhalaisons de chimère perpétuelle.