samedi 25 mai 2019

Narcose 160


La pluie qui tombe également


La pluie qui tombe également
le sale mélange des ombres et de la pluie
plutôt que sale : lâche. Et instable.
Aucune ombre ne se saisit d’aucun instant.
Fétide le vert omnivore qui monte envahit
l’idée

vendredi 24 mai 2019

Narcose 159


Deux ou trois configurations


Deux ou trois configurations théâtrales du jaune
- toutes à la diversité - la luzerne lupuline « Mignonnette » 
éclaire - en très humble régisseur de l’humble scène
de rue - la rampe terne sous la pluie
et elle luit

jeudi 23 mai 2019

Narcose 158


Langue rompue à la verdeur


Langue rompue à la verdeur
mais aussi à la clarification.
Je regarde aujourd'hui les veines d'eau
courir dans la pente emporter les pierres
accumuler les végétaux
creuser dans l'humus immature des canaux
causer des crues à fleur de bitume
par-dessus des redans de jeunes pépinières.

Dans ces ressauts-là prolifèrent
les minuscules jardins détrempés et hirsutes
des soubresauts de vie accumulée
austère et brute où s'associent le colza
le laiteron et la luzerne 


mercredi 22 mai 2019

Narcose 157


Il demande en le voyant


Il demande en le voyant Or sѐ tu quel Virgilio e quella fonte
che spandi di parlar sì largo fiume ?
Qui répand un si grand fleuve de langage
Voici que Dante identifie Virgile
à la source - l'eau de quelle fonte littérale -
par laquelle s'épanche la parole des tréfonds
à travers le corps fissile,
tandis qu'à moi J. écrit :
" j'assèche une cave dans la cour
qui retient l'eau l'hiver. Une pompe tourne
silencieusement et je laisse l'eau phréatique
déborder de la citerne.
Cette eau vient des profondeurs, des diaclases ",
et je le lis aussi. S'impose subitement
l'immanente hydraulique de la langue - Seamus Heaney, oui, la langue aussi -
mécanique en mouvement qui échoue par la bouche à dire le temps
cependant que le figure en sa veine et l’amplifie

mardi 21 mai 2019

Narcose 156


Le monde, lequel peut-être était, alors


Le monde, lequel peut-être était, alors, - est encore ? - comme
une vallée sombre - nuit toujours, notre propre obscurité
au bord de laquelle nous attendons, avec ou sans rameau d’or
sentinelle de nous-même, en vaines ombres - il fallait bien la traverser.
Passer le temps. Ou bien - autrement dit - commencer et continuer.
Passer ou se jeter dans le fleuve de langage 
l’eau déjà - et tellement - à la bouche.

lundi 20 mai 2019

Narcose 155


Lors de la grande épidémie de peste


Lors de la grande épidémie de peste de Florence de 1348
Boccace a rédigé le Décaméron ; des arbres, de l’herbe et de l’eau
voilà l’endroit choisi pour la Troisième journée de ses jeunes gens
dont le chardonneret survole la source. Christine de Pisan écrit
son Livre du Duc des vrais amants en vers avec des insertions
de lettres en prose et des pièces lyriques, et le situe dans un jardin au ru bel et clair
ainsi que ses Cent ballades d’amant et de dame vers 1405, et Alain Chartier
ces cent huitains de vers octosyllabiques de La belle dame sans mercy
en 1424, tous deux en pleine guerre de cent ans, et presque concomitamment
à la grande dépression et au grand schisme. Toujours dans l’attente de maux
plus formidables, oppression, faim, peur et détresse, c’est ainsi
qu’ils se sont rendus utiles. C’est ainsi qu’ils ont vécu.

dimanche 19 mai 2019

Narcose 154


Voici. Nonchaloir et lascivité


Voici. Nonchaloir et lascivité
- monte un monde vert comme il pleut -
maintenant elle plie sous les poussées
et tout coule aussi - et encore - dans la pensée

pluie amène - est un petit lieu printanier -

qui permet de continuer de poursuivre
- nonchalamment - ce qui me poursuit


samedi 18 mai 2019

Narcose 153


Juste sous l'aplomb du rayon


Juste sous l’aplomb du rayon, ce rien
que le réceptacle étanche comme la valve rainurée d'une coquille
c’est la feuille d’alchémille. Rien que la feuille incurvée
et flottante, profondément nervurée :
quelle sereine reçoit le serein. Perle qui roule mais
ne mouille, non. Ou veille, verte et ouverte,
la conque naine où perle notre œil vierge, nef de l’imagination.
C’est l’autre Manteau de Notre Dame, son nom de jardin,
aussi petit qu’un bénitier vernissé
d’un vert chartreuse déplissé il accueille et
offre au regard. Mais où est la dame, où le sein
de la vierge anadyomène ? L’écrin sertit le sien
en un précipité bouillonnant, tandis que le mien
bondit comme un cœur.

vendredi 17 mai 2019

Narcose 152


Scène courtoise sur un coffret

Scène courtoise sur un coffret orné d’œillets blancs
ou de lychnis dioïques ( compagnons blancs ) Cela est ma joie
dit-elle et lui joue du luth pour la conquérir.
C’est ce même livre que je feuillette
où Christine de Pisan creuse au Champ des Lettres
avec la bêche ferrée de son intelligence le jardin clos de plessis
où fonder la Cité des Dames. Sa pioche d’Interrogation ardemment
s’ingénie à cultiver sa pensée et son jouir en indissociables amants.
Clos, clos toujours est le jardin de ces inséparables
car c’est à l’image de l’hortus conclusus que sûrement
l’air de toutes parts forme la clôture du jardin.
Où l’on apprend qu’il n’a pas toujours été gênant
d’évertuer son être au pré du présent.
Approche, observation,  et déduction. Ceci comme un usage possible de la poésie.
- Tu veux te rendre utile dis-tu ? Je réponds que tu as infiniment
raison de rester les yeux rivés sur ton livre en ce jardin ! Infiniment sans ironie.
Car en une époque d’injustice quoi de plus juste, équitable
même, que la quête et la déduction de cette belle dame sans merci ?*

* en pensant à K. Rakosi

__

En une époque d’injustice
il est embarrassant
de se faire surprendre
à jouer du luth.
Ego sans bornes,
je veux me rendre utile
(alors, ne reste pas
les yeux rivés sur ce livre !)
Suis très sérieux
et généreux
(toi l’ironie, casse-toi !)
tout à l’excellence
de la belle dame sans merci.  

Karl Rakosi, The Collected Poems (1986) Poèmes choisis  Traduit de l’américain par Auxeméry.
Découvert sur le blog Beauty will save the world  
https://schabrieres.wordpress.com/


jeudi 16 mai 2019

Narcose 151


Par approximative pensée


Par approximative pensée avancées
les brunelles - en charbonnières assidues -
le lierre terrestre et les épiaires sont les compléments 
attendus au préau.
Les voici, oh ! pré clos et amène, juste pour la vue
et la déduction !

mercredi 15 mai 2019

Narcose 150


Que croyons-nous être


Que croyons-nous être ? Rien,
ni la respiration empruntée au
battement de la pluie sur les tuiles   puis
                crue hors du chéneau sur le lambrequin
- ce jour où tout regorge d’être nommé -,
ni l’œil ruisselant ni l’attente dans les reins
debout face au verger détrempé au
vert infus           - Comme il aura plu aujourd’hui !
                                        Comme il aura cru ! -
rien ou tout c’est selon ( mais pas la volonté )

Je dis ceci et revient le jardin régulier
et moi bien plus calmement à son bord

mardi 14 mai 2019

Narcose 149


Voici / l'aigrette coronaire surgie


Voici
l’aigrette coronaire      surgie
en foudre
- de guerre pas lasse -
elle sans compter. Oui le voici     
pissenlit      qui
déleste son capitule

lundi 13 mai 2019

Narcose 148


Une solitude carrée


- Une solitude carrée -
était-ce la clôture -  
considération de l’inefficace
langue faillie - qui vous retirait,
ou bien le temps ?

Était-ce le temps ? La quadrature
- la détermination d’une aire - intégrale de l’espace
et du temps ? La chambre résonne encore
de vos calculs grammaticaux et de vos lectures.
Le corps dont s’écartelait votre champ
comme est écartelé le cloître sur la gravure  - un écu -
ce corps somme toute plus complet/accompli
de voir et de dire
vous allait à merveille.

Comme il va à merveille ici,
comme il va, bien sûr,
figurativement : c’est une vie offerte que la vie
de celui qui en tire parole.

dimanche 12 mai 2019

Narcose 147


Un if commun


Un if commun, robuste et sombre
un cèdre de l’atlas
un pin laricio de Corse et un robinier
un cornouiller mâle
ces arbres plantés près du bâtiment des Petites écoles 
aux granges de Port Royal des champs
et le verger des Solitaires et ses vieux poiriers
la mare où roseaux iris et menthes abritent les tritons ponctués
et les salamandres, toutes choses là pour l’observation
et l’annotation


Toutes choses simplement parcourues
pour entente tacite avec la lumière,
depuis la colline dédiée au langage
à la réflexion - grâce et grammaire -
où l’on voit les ruines frustes de vos œuvres habitées.
Chers Solitaires, les cèdres en rien ne cèdent leur humilité,
qu’aviez-vous trouvé dans ces brassées d’herbes hautes,
dans ces pierres ?
 

samedi 11 mai 2019

Narcose 146


On dit que c'est un rendez-vous très agreste


On dit que c’est un rendez-vous très agreste d’un monde très léger, et que si l’on y va seul, on revient au moins deux.*
À deux pas des écluses, le bal des canotiers battait son plein.
On dansait à Bougival. On valsait on peignait.
On peignait ce qu’on voyait.
Aujourd’hui chômeur venu en trottinette électrique ou en auto
il vérifie la pertinence des vases communicants
et celle des sous divisions de l’heure. Volumes augmentés en secondes puis diminués.
Une bernache dort pour toujours dans la jardinière nue.
Friche et fausses statues. Service uniquement. Sauf riverains.
Il s’assure malgré tout d’être encore en phase avec quelques choses : périodes,
variations identiques. 

* Mme Morisot à sa fille Berthe, 1867

vendredi 10 mai 2019

Narcose 145


Sous les tilleuls de la berge


Sous les tilleuls de la berge
Ile de la Loge - en paisible sentinelle de quoi -
face aux écluses où je vois monter
l’eau du sas et le toit de deux péniches puis le pont
- sables, graviers et pierres -
( bleu Partout pour tout et il me semble un nom flamand )
dans l’air placide qu’elles gravissent très visiblement,
ballottées par le remous de l’eau crue dans les vannelles des battants
- des remous et courants dont se constitue la mémoire,
filaments à la surface, toute chose vue et revue, revenant
à l’enfance, toute chose à jamais accumulée de ce temps-là - 
alors que plus loin, derrière les portes busquées, l’eau séparée luit.
Or ce nom écluse viendrait du latin aqua exclusa
- je pense alors à l’eau de l’oubli bue devant l’oracle -
qui désigna un vannage simple, puis le pertuis.
Par vannage, moi, j’entends le crible - la lumière à travers le feuillage
des tilleuls aujourd’hui vibratiles - et l’autre crible, celui de la mémoire.

jeudi 9 mai 2019

Narcose 144


Quel maître, dans ce cas


Quel maître, dans ce cas
du fond d’un naufrage - l’abîme blanchi
étal     furieux     sous une inclinaison
plane désespérément - sinon l’embarcation ( ici la floraison
au verger mêlée de vent ), sinon ce naufrage terriblement terrestre ?
J’attends que se mêlent vers et bris
vers et fleurs, j’apprends de ce vent brisant l’extrême
peur qui épuise