lundi 2 juillet 2018

vagues reflets 9


Tu dirais fringants et ingambes jeunes gens


Tu dirais fringants et ingambes jeunes gens
sous les cerisiers
ils devisent en marchant en mangeant
(comme au théâtre de grands pas). Puis les bras
presque des arceaux prolongent les branches
pour s’en saisir. Cueillir c’est de dos ansé
tête absentée dans l’ombre de l’ombre de la chute
la courbure de toute la silhouette sous la feuillée
tu dirais du paon qu’il tremble et s’ébroue
jetant des yeux de prudence
ils s’aiment cela se voit à leurs pas à leurs bras
sous les cerisiers

Il leur est permis
de s’enivrer d’eau. Ils voient
- n’est-ce pas à peine un dangereux instant
ce qui soutient notre raison ? - comme suspendu
entre les branches
ce champ de bleu
c’est une autre fontaine.

dimanche 1 juillet 2018

vagues reflets 8



Salis de cendre


Salis de cendre et de poussière bras cheveux
blanchis parce qu’ils moissonnent dans la bise
ils : toujours en avance - ici c’est ainsi qu’on nomme le vent du nord -
elle n’embrasse pas elle mord attise les plaies dans les arbres
des yeux coulent
nous vésuviens transis ce que nous voyons l’ordre
des moissons avance la paille - et la sanie des regards -
comment dire ce qui se disloque dans l’air
avec ce qui lie ?
À toi qui voulais défaire le temps leurs scories de forge - l’empire laitier mitraille - 
emplissent les poumons.
Mais debout nous sommes
aux mains le jus des cassis.

samedi 30 juin 2018

vagues reflets 7



Je ne sais pas s'il se pose


Je ne sais pas s’il se pose ou se suspend
à la luzerne minette léger frémissant
miroir dioïque. Il est là. L’envers le prend
dans un souffle aigu de vent.
L’azuré fond dedans.

vendredi 29 juin 2018

vagues reflets 6



L'Argus bleu


L'Argus bleu ou Azuré commun ou Azuré d'Icare ou Icare ou Lycène Icare ou Argus Icare
bleu que veux-tu, bleu ! (le mâle)
vu en allant vers le fumier
Icare pour le bleu ailé ? Il volette dans l’herbe coupée
s’arrêtant au fait (l’unique élévation du pré) l’axe pointillé
des quelques plantains un à un
qui vacillent

Et encore une petite piéride du chou si délicate
en suspension entre le séneçon jacobée et le millepertuis perforé

jeudi 28 juin 2018

Pensées croisées 51



Des cirses il a fallu/ que j'approche



Des cirses il a fallu
que j’approche que je voie brûlante
(brûlaient les avant-bras)
et j’exultais sous ces bouquets
corsetés qui intimaient
à la sécante rythmes rythmes
brassées d’épines  - la Fleur brûlant dans la lumière -
hurlait déjà
et qu’adviendra t’il après,
rêvant en arrière - lorsque j’arrêtai - répit visible sur mes mains
- encore que - l’urgence à traverser la vie
une brassée de cette fleur - des charbons ardents - explosible
serrée sur l’œil :
et ce champ qui m’aveuglait
c'était un feu qu’il fallait

mercredi 27 juin 2018

Pensées croisées 50



Abeilles bourdons et syrphes


Abeilles bourdons et syrphes affairés
aussi tournez faites tourner
et paissez ! Vous si
civils habiles pollinisateurs
alors qu’au vent consentent déjà pappus et vanesses

mardi 26 juin 2018

vagues reflets 5



À présent


À présent : le flambement des molènes - le pré des sons -
molènes : ah ! Fléchissent les hampes
- en bout l’effet compressif - les boutons floraux
lourds d’accomplissement penchent
dans la couleur
jaune bouillon de laines
et de miels
Mes faims, tournez. Paissez, faims

lundi 25 juin 2018

Rythme


Rythme
éprouvé et vécu
c'est-à-dire une sorte de course avec le solstice
effrénée - une danse que la faux danse -
 la Fleur brûlant dans la lumière
- le feu du couchant - la vision perdure longtemps perdure
son mûrissement vers l’Apocalypse lilas
- elle jaillit autour de moi - elle jaillit subitement
perfore la raison de bleu le fer
qu’ouvre la faux au toucher éclaire

vagues reflets 4


dimanche 24 juin 2018

vagues reflets 3


Croît tout un champ


Croît tout un champ de cirses mûrs
des astres épineux plus brûlants à l’ouest où des soifs
- à l’endroit potager de l’abondance -
éprouvent la faux et mes yeux la brûlure
tant que s’élève depuis les mains - les reins l’usure - un chant de lamentation
à Tammuz - rougi au fer -
quand bien même au solstice une danse

samedi 23 juin 2018

vagues reflets 2


Cirse tubulé


Cirse tubulé - rose pourpré - par trois fois
quinze fois érigé
et rameux
en fait croît tout un champ de coiffes épineuses
un âcre parterre au couchant
de brûlants mercenaires

vendredi 22 juin 2018

Millepertuis perforé et achillée millefeuille


Millepertuis perforé et achillée millefeuille
toutes deux également herbes de la Saint-Jean
innombrables leurs cimes nous nomment
innombrables bras

Corps à corps avec l’herbe solaire
puis bien plus tard l’air fraîchi
la lune nous suit
les gravillons livides abaissent nos yeux

Vagues reflets




jeudi 21 juin 2018

Pensées croisées 49



Dans le noir écho des O


Dans le noir écho des o 
des roses renversées et des limbes cordés
du tilleul - en haut des écus scintillent -
au soir décuplé


de réplique en réplique rondement
les grillons assidus : redouble la tentative d’approche
chant d’appel ou chant de cour
dans les herbes furtives

mercredi 20 juin 2018

Des formes lointaines


Des formes lointaines
récidivent - l’espace danse discrètement dans l’éblouissement -
j’épie l’intermittence du vocabulaire
comme du sang - au-dessus un alphabet tout bête caquette éperdument -
c’est dans la rafraîchissante douceur des feuillages
et l’aplat de roses disséminées
sous les courbes des charpentières - sous les courbes
le sang évasé inviolé -
l’invocation et le testament
qu’il s’irradie

Pensées croisées 48


mardi 19 juin 2018

Pensées croisées 47



Et me voici tilleul


Et me voici tilleul
abusif        abusée
à l’instant de l’aberration - miel à l’œil -
donnée en pâture à l’image
tandis que tu piétines telle que tu me piétines
moi mes résolutions pour être
incrédulité qui se connaît
sur mes mains - ocelles qui tremblent -
mémoire soudain disséminée qui
jette le discrédit sur elles

et que je laisse faire
plongée à la confluence des images
rythmes flous des foulées
pas un pas hors de la lie de ta lumière
cette brûlure

lundi 18 juin 2018

Pensées croisées 46




Des onagres


Des onagres - retour des onagres -
aucune n’est la même, mais seulement la semblable
voix claire de cor sélène qui brille ce soir de concert
éveillée au milieu de molènes
il a suffi de me retourner pour me souvenir
ce son

Et cela me rappelle la robe et les onagres
l’allée, la brûlure
comme tu as dit cela
(et comment)
qui m’a laissée intouchée ou intouchable
une chute tout au fond de la blessure
et sans retour
sauf, une fois encore, avec des mots
et le sphinx échoué à mes pieds



dimanche 17 juin 2018

Pensées croisées 45



Dans la ronce bleue


Dans la ronce bleue.
Ce que je sais rude et vulnérant
est si pâle au revers !
Le tremblement des feuilles
me tire un sourire attendri
indigne dernière ruse d’épineux !

- miniature délicate -
entre les flambes défleuries
les molènes et les onagres.
ce bouquet tentant
- bleu glauque, gris des laines, jaune soufré -
juste opportun pour les yeux

samedi 16 juin 2018

Le vent dans le tilleul


Le vent dans le tilleul
parle ma langue
avec, lui aussi, quelques hésitations
dont je tiens compte

J’oscille avec
sombres dessous, claire
floraison qui va s’évidant
je tourne sans cesse la question s’altère

dans les ronces c’est l’inverse

vendredi 15 juin 2018

Dans la nuit


Dans la nuit l’allée se lève
blancheur devancée du matin sur les dalles
ses bordures d’onagres, de fins voiles
expirent - soufre subtilement ailé sur l’air palpable, il s’inverse
poudroie -. Le chien de ma voix accepte alors
le sommeil - la main secourable -
et soupire
- doute quand même qu’il y ait un lendemain !

Les refusées








jeudi 14 juin 2018

Je reviens au jardin


Je reviens au jardin où tout est autrement
ou bien c’est en moi-même.
Les fleurs, le fléchissements des têtes sur l’axe, la déhiscence,
sans question ce qui a toujours été est.
L’énigme des graines, et sa divulgation.
Car regarder c’est déjà être
je semble ce soir ce que je vois : une arborescence
innombrable sans pourquoi.
Ici intensément.

mardi 12 juin 2018

île de la Loge 7



Justes là en passant



Justes là en passant :
troènes en fleurs
seule avec ou en eux passe encore la cour d’une école avec
sa haie - espèce-hôte disent les botanistes
du Sphinx ligustri (la chenille du Sphinx : une perle millefiori verte marbrée de mauve)
et des petits enfants donc -
et viornes manciennes (aussi en fleurs)
- du latin vieo : lier attacher tresser -
et je pense à ce qui se passe juste en passant se tresse
allant simplement - tout doucement - aux commissions à travers le parc familier
avec toi à mon bras
je pense alors que le présent est la pointe de cette fleur - le stigmate - plus sûrement
que l’aberration du souvenir
me dis-je


Je me dis parfois que je prolonge - possiblement -
j’étire un pré contingent chaque soir ou même l’après-midi
je dévide - me dis-je - entre mes doigts un fil lentement
jusqu’à son terme - mais des fils tissent - ainsi
le présent est là qui vit entre les brins je le sens  
- entre mes doigts - passer - tangiblement -

Il s’ouvre au toucher
(ce que fait sensible - et nécessairement - le stigmate de toute fleur)