vendredi 5 avril 2019

Le grand chœur des turgescences


Le grand chœur des turgescences, augmentations
élongations cellulaires.
L’admirable induction florale du bourgeon végétatif.
Aux pommiers pointe le dard indécis 
s'il reçoit beaucoup de sève, il partira à bois, s'il en reçoit peu, il gonflera en bouton à fleur.
Dépense et déhiscence, toute réserve abolie.
Mais voilà, la partition printanière
s’orchestre. En rien ce n’est un choix. Je gère la volumétrie.
Je prescris des pincements et des tailles
- j’égaye - et travaille le vide. L’accommodement est un art nécessaire
à la projection de la joie.
Aujourd’hui le jet est terminal ou axillaire
sans aucun alibi.

Je reste dans les arbres comme dans des bras.

Celui qui ne reprend pas, scandale absolu,
m’assèche.
Non par choix. Ou bien s’est-il retiré
par souci des circonstances ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire