mardi 15 septembre 2020

Avec le vent

Avec le vent
m’arrivent les voix, au gré des ombres.
Entends le son et puis l’ombre du son,
ponctuellement
dans le pavillon blême de liserons volubiles.
Entends l’hésitation, l’inexprimé, l’abandon même,
si subtils, rehausser la nuit.
 
Le beauceron, de l’une de ses pattes imposée
te cloue à l’instant, y fixe sa dilection,
son flanc contre ta cuisse lourdement,
attend ta main.
Elle caresse le chanfrein, l’angle soyeux du stop,
elle glisse sur la fine nervure du front.
Le soir s’étire, le cerveau palpite sous l’os frontal.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire