mercredi 16 septembre 2020

Toute une partie de la nuit

Toute une partie de la nuit
je note les silences les intonations.
J’imagine le visage sans voix.
Puis ce sont plusieurs voix.
Des questions de départs, de retenues
de faux pas.
Les buissons, et les grillons, acquiescent
- tacite ou expresse consentement par adhésion -
en répons, à la nuit qui grumelle, bien plus haut.
 
Me souvient le beauceron qui nous statufia.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire