mercredi 27 novembre 2019

Oh je pâtis vraiment


Oh je pâtis vraiment, ou je dois dire véritablement,
de voir les phalènes, les unes rampant
comme atrophiées, les mâles papillonnant lamentablement
à l’opposé. Chacun tire de son côté.
Mais c’est la vie sur ce mur éclairé      la vie qui
perdure ainsi, radicalement
                   La nature trouve toujours simplement une autre issue
Oui c’est ça ! Ce qui a été sera             nouveau
résiduel et résurgent
comme l’eau

comme j’aurais aimé te parler de cette eau.
Mais déjà je ne te vois plus.
( pourtant ce ne sont pas des spectres que je regarde là )

Aucun commentaire:

Publier un commentaire