jeudi 23 mai 2019

Langue rompue à la verdeur


Langue rompue à la verdeur
mais aussi à la clarification.
Je regarde aujourd'hui les veines d'eau
courir dans la pente emporter les pierres
accumuler les végétaux
creuser dans l'humus immature des canaux
causer des crues à fleur de bitume
par-dessus des redans de jeunes pépinières.

Dans ces ressauts-là prolifèrent
les minuscules jardins détrempés et hirsutes
des soubresauts de vie accumulée
austère et brute où s'associent le colza
le laiteron et la luzerne 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire