mardi 7 mai 2019

Ce qu'il y a


Ce qu’il y a. Un verger, une dépense de fleurs soumise aux lois externes -
celles de la dynamique des fluides -. En cinq sec le sac de l’image qu’on s’en est fait.
Mais à mon insu a déjà migré le pollen de l’anthère au stigmate. Le tube pollinique
a traversé le style. A mon insu a eu lieu la fécondation croisée - moi j’étais hypnotisée
par la floraison, subjuguée dans le vent - lorsque le bourdon assurait la reproduction sexuée.
Aujourd’hui la floraison coule comme une robe au sol. Se liquéfie ma vision tout à fait.
Et je m’en irai.
Quand je reviendrai le verger aura changé.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire