mardi 31 décembre 2019

Grand laboratoire 16




"Peter Garber affirme..."


Peter Garber affirme que la spéculation n’« était qu’un passe-temps d’hiver insignifiant, joué autour d’une table par des gens hantés par la peste qui essayaient de se distraire en pariant sur un marché de la tulipe en pleine effervescence »
Mais la révélation que le prix d’une fleur d’été pouvait fluctuer aussi violemment en hiver brouille complètement le sens du mot « valeur ».
Brouille tous les sens.
On ne peut que constater le cours de ces valeurs, comme celui du change. Il est la radiographie des échauffements et distensions des âmes commerçantes.

Mais que la chute et spacieuse ! et vivante en sa variation.
Plus tard on la dit illustre, on la vénère comme grandeur.
L’amplitude motive
le motif pour la métaphore
- l’allégresse du transport -

Et en effet, la fluctuation des prix de la tulipe au début du XVIIe siècle obéit [donc] à un modèle que l’on retrouve dans le marché d’autres fleurs d’ornement.

lundi 30 décembre 2019

Grand laboratoire 15



Rembruni d'un coup décembre


Rembruni d’un coup décembre et je sombre avec.
La tulipe m’éclaire malgré tout.


Elle tient haut le flambeau
- tourmenté -
de l’affirmation. L’assertion de sa couleur
florissante - l’animation - dans cette autre peinture.
( où des lames ou des flammes animent la nuit de cet âtre
comme dans un foulon comme

                                     - Prends garde à toi, flamme, la vision ne résiste pas à la cote.

                                     Le vent subjugue. )

dimanche 29 décembre 2019

Grand laboratoire 14



J'ouvre


J’ouvre,
ce sera le problème dans lequel je me perdrai, 
exactement où j’erre en ce moment :
d’énormes racines au fond embrasé - ne sachant pas faire un peu -
de la terre où tout est intriquement vivant.
Ce vivant instruit d’accords patients
c’est de la reliure à jamais.

Heures croisées de rudes accords enracinés-là
- et de toute évidence -
dont ne subsistent que les comment c’est.
Un accommodement pousse plus loin. 


Cette terre-ci est comme ma saison
sans être ma terre elle est ma trempe.
Léthargie : hiémale résolution musculaire, sensation de vie en dedans
des chairs, des pensées, intrication - et intrigue - particulière

au fond est la pensée chauffée au rouge dans un corps froid.
La tulipe en est l’excellente épreuve positive.
Je l’ouvre avant l’heure, je la dispose.

Contemplation en dedans de ce point vivant de référence, dis-tu, mais
retourné vers ce qui est vu. Un poème est symphonie est composition
polyphonique, - terre/tulipe/moi vers ce point courbée -
cet accord imaginé, orchestré, entre ce je qui voit et le réel.
Point vivant de perception. J’ai toutes ces fleurs au fond.

Le poème est une réalité.
Et c’est, au fond, travaillant cette terre-ci, que je me compose.


samedi 28 décembre 2019

Grand laboratoire 13




L’œil ( de la rose )


L’œil ( de la rose ) dans son atermoiement -
pas tant noli me tangere que non vigilate -
qui n’ose pas regarder une fois la lumière
en face se ferme à toute flamme
comprimé dans la langue étroite du calice
qui corsète. 
Voudrais-je être un témoin impartial ? se demande t’il
ignorant jusqu’à son intime mobile, et incertain de sa fin.

Franchise que cette ardeur à fleurir ! Clarté !
- nous l’appelons vanité -
que nous nous brûlons à contempler, en vain.
Mort ou vif quelle cruauté : tu n’as aucun
moyen d’exprimer de bonnes intentions qui
ont toutes l’apparence pour des yeux intrigués
d’être tout autre que liberté.*
( Mais tout de même nous ne renonçons pas. )

chair que tu répands splendide pour ensuite ressusciter.

Pluie misérablissime déteignant sur le fatras
des passions même ton œil rouge ;
une violence charnelle tournait autour des mandibules
asséchées du regard, quand l’innocence

épuisée de plaisirs, s’assit sur l’herbe humide.**



*Amelia Rosselli, Document, p.42
**Amelia Rosselli, Document, p.44

vendredi 27 décembre 2019

Grand laboratoire 12




Regardant la peinture de Balthasar van der Ast.


Regardant la peinture de Balthasar van der Ast.
Regardant d’où vient que cet iris semble tellement un crâne,
le périanthe ossifié autour de deux concrétions génitales charnues,
grosses comme des burlats
- ou bien ce sont plus à leur place des amygdales engorgées, et la langue
pend altérée hors de la cavité buccale -
qu’importe, mais un crâne fort de ses pensées en son for intérieur bout
et exulte grimaçant. Ce silence concret est d’or. Le scabreux rictus éclate
dans l’ombre, d’un vieillard furtif à l’affût de Suzanne ? ou
d’un secret gardé dans l’orbe pétulant.

lundi 23 décembre 2019

Grand laboratoire 11



Ce n'est pas tant vanité


Ce n’est pas tant vanité que chercher
- beauté non pour ton usage personnel -
à repiquer, multiplier - démultiplier peut-être bien -
cette franchise de fleurir à tous les vents.
Cette franchise d’être, nombreuse et pourtant discrète
dans le nombre, quantité négligeable
éphémère jusqu’à la prodigalité extrême.

Tulipe tu fleurira une semaine, innombrable
et abordable, sans rien formuler.

Mais ce commerce dis-moi, déjà avec l’hiver
je le sais. Les uns ont vu l’unique promesse
quand tu ne disais rien que dormance, qui n’est pas
absence, qui n’est pas inanité.
Ta fleur tranchera nos mains et c’est la bouche inapte
que je viendrai rafraîchir la température de mes pensées
dans des causeries vernales. Je m’en réjouis d’avance.

dimanche 22 décembre 2019

Grand laboratoire 10


Nous - stupéfiés au fond -


Nous - stupéfiés au fond - et désargentés
- comme tels - une somme en ce jardin.
Sensation de chaleur. Ainsi nous faisons aussi commerce avec le vent
avec le givre. Mais c’est contradictoirement perdurer.
Vivre. Comment, pourquoi ?
La tulipe m’instruit. Tu verras bien. Oui je verrai.

samedi 21 décembre 2019

Grand laboratoire 9




J'avance.


J’avance. Il n’y a vraiment que du blanc devant lequel l’œil troublé
saisit trop peu de, ou trop, d’entiers versets blancs sur blanc
- lamentables c’est dire lacrymogènes - tombent des arbres au rythme du cœur.
De marbre et de filandres est l’attente dans le jardin réticulé
qui givré se resserre et verselle.

Ce que je crois être une fleur dissone comme un rouge gorge et,
prolongeant le plaisir ambigu de sa discordance, il diffère l’éclosion.

Le chaman de Qu Yuan attendant sur la berge de la rivière Xiang
de s’unir à sa vision se demande :
Que ferait un filet de pêche en haut d’un arbre ?
En effet, que ferait un filet de pêche en haut d’un arbre ?


Qu Yuan, La déesse de la rivière Xiang, Neuf chants, Chants de Chu, in Anthologie de la poésie chinoise classique, direction Paul Demiéville, trad. Hervouet, Poésie/Gallimard, 1962, p.59

vendredi 20 décembre 2019

Grand laboratoire 8



Sur la margelle d'une fenêtre


Sur la margelle d'une fenêtre - c'est une vision nocturne -
où sont une tulipe zébrée, une branche de rosier
et la cyme d'un iris pêle-mêle avec une punaise, une guêpe
et une Belle-dame, nulle ombre ne gène
- pas l'ombre d'un doute - la fleur,  laquelle ainsi compose de ces circonvolutions
comme d'un organe unique, homogène, l'agencement
triomphant de la précarité, et comme la perle qui a roulé
hors de son huître lamellibranche, feuilletée, une, voire deux gouttes d'eau
d'un orient pâle tombées d’un calice humide.
L'œil de la rose vous voit regarder ce désastre,
son amande perle elle aussi dans sa douceur un peu terne,
une indulgence nodale qui reconduit comme en écho
les taches apicales de la Belle-dame toute proche. Vous pleurez de connivence
avec l’iris au périanthe éclaté, et qui s'étale, découvre ses stigmates dilatés
lui dont la tige souligne l’autre beauté éclairée, tulipe en flammes horizontales 
à laquelle la Belle-dame vient s’abreuver - Prends garde à toi !
poursuivre visuellement la ligne brisée, en dents de scie, à l’aplomb de l’architecture.

Le temps n’a rien à voir là-dedans, tout ici est affaire de chair, d’envie et de regard.
Certainement la chair désirée flambe !

jeudi 19 décembre 2019

Grand laboratoire 7




La tulipe qui m'occupe


La tulipe qui m’occupe sera rouge simplement
ou rouge avec un bel œil noir liseré de jaune.
Les bulbes cuivrés prostrés dans la tunique, en rang
sur la terre cuite, je me souviens soudain de Delft
de la brique rouge comme une fleur qui s’ouvre
Lanternant, ces bulbes temporisent.
Alors qu’un seul rouge-gorge est revenu.

mercredi 18 décembre 2019

Grand laboratoire 6



La tulipe dont la culture inaugure...


La tulipe dont la culture inaugure, en 1593, - l'année même
de la naissance de Balthasar van der Ast -
l’Hortus academicus de Leyde du botaniste flamand Charles de L’Écluse
qui l’introduit ainsi aux Provinces-Unies,
à quelques kilomètres seulement de Delft où résidera plus tard le peintre,
après qu’elle a été vue à Andrinople, convoitée puis rapportée par l’ambassadeur de Ferdinand 1er auprès du sultan ottoman Soliman le Magnifique,

est un riche motif d’actualité.

Les tulipes cassées - dont les marbrures tant appréciées sont dues à un virus -
font rage.

Un certain Charles Mackay, journaliste, rapporte un siècle plus tard
qu’un seul bulbe de la variété Semper augustus, la très noble marbrée
de rouge et blanc, se négocie follement et s’échange à l’hiver 1637
contre cinq hectares de terre.
De bonnes terres.

Promesses de vente - de vent - devant notaire lorsque les bulbes sont tous dormants
- sous la terre qui ne dort pas -
contrats à terme et inflation qui est la distension d'un tissu ou d'un organe par un gaz ou un liquide : et l'enflure est le résultat de l'inflation (Littré).

Commerce de vent, disent-ils, bien placés. Précarité.

Et c’est à Haarlem en pleine peste bubonique.

mardi 17 décembre 2019

Grand laboratoire 5



Balthasar van der Ast l'a peinte X fois


Balthasar van der Ast l’a peinte x fois
sous toutes les coutures
de ses tépales marbrés de blanc,
agrémentée d’une - si aimable, nodale - Belle-
dame ou vanesse du chardon - un don vraiment -
bien identifiable à ses cinq ocelles
au revers des ailes postérieures. Elle
voisine sur la table avec l’iris
l’œillet des fleuristes ou la rose.
Toutes sortes d’insectes et de coquillages et parfois même le myosotis.

À l’hiver 1637, quand le cour du bulbe atteint dans
le nord des Provinces-Unies - à Haarlem précisément - 10 fois
le salaire annuel d’un artisan spécialisé,

Balthasar van der Ast a peint des tulipes

lundi 16 décembre 2019

Grand laboratoire 4



J'ai des bulbes


J’ai des bulbes renflés comme des gouttes
et dont la tunique est si serrée qu’on dirait
des têtes mutiques.

J’aligne ces secrets - non des péchés - des bourses capitales
reposant sur le chevelu comme sur un nid.

J’aligne les bulbes comme les têtes dans mes rêves
une ribambelle que je nomme et assigne - toi ici et toi là, -
nègre à turban, servante au bouquet, Belle dame que voici
- la rouge rayée du Turkestan, soyeuse, signe la route -
que déjà le Paon du jour vacille.

- Spéculation ! Ta bulle enfle !
Tubérisation des images dans ta mémoire dormante !
Oh ! Tu rêves ! Reprends-toi : occupe-toi de ces oignons !

dimanche 15 décembre 2019

Grand laboratoire 3



Maintenant ouvre un énième pourquoi


Maintenant ouvre un énième pourquoi.
L’ouïe et l’œil impénitents.
Une émanation de l’être ( c’est l’épithète de nature ) : énorme est
ce rêve de fleurs à l’intérieur.
Démultipliant sa lumière dans chacune d’elle
augmentant la force de transmission,
il risque une forme.

Et je vais dans l’allée
régénérer mon rêve de tulipes
à l’endroit où venaient les hivers derniers
les rouges-gorges