mardi 18 juin 2019

Epiaire pourtant.


Épiaire pourtant. Indécente avancée sur prairial.
Devrions-nous reconsidérer même le temps
confier à ce cèpe végétal tout notre savoir calendaire,
lui le vulnéraire, le cordial qui sait mieux guérir le présent
ta brûlure et tes plaies - que voici une confession d’ascension ! -.
Pas de prophétie ! avait dit W. Carlos William, et A. Rosselli :
retrouvabilité du temps perdu vaticinant
ton présent introuvable ou alors juste les faits !
même s’ils résultent d’une erreur de jugement :
en fait, c’est un pré de sainfoin, de dactyle
et de fétuque qu’en y regardant de plus près j’identifie.
Et voilà qu’avec l’âne à mon contentement je brais, je brais.

Accrochant le geste grotesque de la confession
mais les faits et les noms concordent que tu ne peux pas - non
que tu ne peux vraiment pas, par élémentaire honnêteté -
assimiler à ta blessure - sa signification - et à ta possible guérison.
Regarde mieux, le nom est là capiteux, efficient jusque dans l’erreur,
ton présent décoiffé par une simple - si saine - herbe.

Et ne seraient-ce pas précisément les noms et les faits concordants
qui échafaudent ta blessure - brûlure irrésolue dans les mots -,
et son remède ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire