vendredi 3 juillet 2020

Chu de l'arbre


Chu de l’arbre à l’heure plombée, sous le vent, en silence,
un aphorisme roula soudain en silence à mes pieds.
Proposition concise formulant une vérité pratique couramment reçue,
un nid de vérité irréfragable, il fut reçu comme une vérité venue d’en haut -
ça l’était - comme une sentence :
ni plus ni moins qu’un brimborion moussu, branchu,
bien édifié, portant la marque d’un instinct très sûr, son art n’en fait
ni un ange ni une mésange - ici c’est moi qui oblique -
                                            - comment veux-tu ne pas tomber ?
c’est néanmoins le tissé favorable à l’éclosion de quelque chose
( lorsqu’il demeure statique )


Envoi - et envol - :  
à la fourche de l’arbre le nid n’est pas assujetti.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire