jeudi 18 juin 2020

Ensuite les bosquets nègres


Ensuite les bosquets nègres avec la nuit derrière eux,
pleine d’yeux.
Au faite si on y prend garde il y a toujours un compte à régler.
L’autre soir c’était un combat de bergeronnettes.
Et en ce moment même le tilleul halète. La lutte retentissante
donne sa forme à la nuit.
Je n’ose plus rien écrire qui n’ait cette brutalité martelée pour gabarit.

Des variations de roses et de cris s’imposent
et une fugue quand j’écris j’ouvre la porte et m’insurge

sans trouver la moindre épigramme
au reste
à l’espace, à feu et à sang

Aucun commentaire:

Publier un commentaire