mercredi 5 août 2020

Descendant l’allée qui est cette phrase perdue

Descendant l’allée qui est cette phrase perdue -
de sens obstruée - avec pour unique motif la répétition
mais sans aucun objectif
- et pourtant j’admets cette application à recourir,
comme toute vie, à la vie -
vois la fleur, vois jusqu’au pied fourbu
qui défleurit, royal.

Je tourne en rond ( l’allée circonscrit l’orage ). L’orage
tourne en inconnue
incalculée.

Il n’y a aucune limite, ni au jour ni à dire,
- c'est-à-dire : il n’y a ou il y a, quelle différence ? -
puisque l’éblouissement est la conjugaison
des moyens - des ressources -.
L’onagre n’a pas d’âge.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire